Toutes les solutions pour lutter contre les troubles du sommeil

L'abus de médicaments, est l'une des habitudes caractéristiques de notre société moderne. Les fabricants de produits pharmaceutiques comptent parmi les entreprises les plus riches de la planète et nous avons tous, parmi nos relations, des personnes qui se sentent frustrées si leur médecin ne leur prescrit pas un ou plusieurs médicaments au moindre symptôme.

La plupart du temps, nous absorbons des médicaments pour éliminer des symptômes dont nous pourrions pourtant facilement nous débarrasser en reconsidérant notre mode de vie. Pire, nous mélangeons allègrement tout un cotège de produits chimiques aux effets incompatibles ou désastreux pour nos pauvres organes !

Malheureusement la spirale des somnifères pour lutter contre les troubles du sommeil n'est pas épargnée ! C'est pourquoi ici, nous privilégions avant tout des solutions naturelles dites alternatives. 

Bienvenue sur cette page spéciale où les thérapies "bien-être" n'auront plus aucun secret pour vous !

Nos différentes approches holistiques nous permettront à terme de vous proposer gratuitement plus de 100 méthodes naturelles pour mieux dormir, mieux vivre, mieux être ! 

OBJECTIF 2023 :



100  solutions "bien être" pour  SOULAGER VOS INSOMNIES...NATURELLEMENT !


Le saviez vous ? 

Stilnox : ce somnifère accroît le risque de Parkinson 

Le zolpidem, un somnifère puissant commercialisé sous le nom de Stilnox, multiplierait par 2,6 le risque de développer une maladie de Parkinson. C’est ce qu’a réussi à démontrer une équipe de chercheurs de New Delhi après avoir étudié les données de 45 000 consommateurs. Ce lien était pressenti depuis plusieurs années. En janvier 2017, des médecins pointaient déjà du doigt les risques importants de dépendance induits par ce médicament, l’un des plus utilisés en France. Plusieurs suppléments naturels existent pourtant et permettraient d’éviter de recourir à ce somnifère chimique : on peut citer le GABA, le 5-HTP, la mélatonine, la camomille, et la valériane notamment.

Acceptez vos petits coups de blues pour éviter la dépression

Accepter ses petits « coups de mou » contribue à aller mieux à long terme, concluent des psychologues de l’Université de Californie. Tout comme la pression des proches pour un optimisme sans faille peut produire l’effet inverse, refuser d’aller mal peut alimenter les humeurs négatives et le stress. Les auteurs de l’étude appellent cela « l’acceptance émotionnelle ». En clair, si vous éprouvez temporairement des sentiments comme de la tristesse, de la déception ou du ressentiment, reconnaissez vos émotions sans culpabiliser et agissez concrètement pour les résoudre. (source sce mars 2018)

Le saviez vous ? 

La mélatonine – l’hormone centrale de la régulation de nos rythmes chronobiologiques semble également avoir des effets protecteurs contre la prolifération de cellules malignes, en particulier contre les cellules cancéreuses du sein humain. Un déficit en mélatonine peut s’installer pour diverses raisons : l’âge, un travail en horaires décalés, des troubles du sommeil ou l’utilisation de médicaments somnifères qui bloquent sa production. Dans ces cas on peut utiliser la mélatonine à des doses situées entre 2 et 3 mg en comprimés à libération prolongée, pris environ 1 heure avant de se coucher. Les hormones thyroïdiennes et la mélatonine sont les deux hormones que, dans une première phase de traitement adjuvant du cancer, le Dr Hertoghe, expert international reconnu des traitements hormonaux, est le plus souvent amené à prescrire chez ses patients atteints d'un cancer actif, cela afin de combler leurs déficiences en hormones correspondantes. Source : Mills E, Wu P, Seely D, Guyatt G. Melatonin in the treatment of cancer: a systematic review of randomized controlled trials and meta-analysis. J Pineal Res. 2005 Nov;39(4):360-6 . Bartsch C, Bartsch H. Melatonin in cancer patients and in tumor-bearing animals. Adv Exp Med Biol. 1999;467:247-64 . Cos S, Fernandez R, Guezmes A, Sanchez-Barcelo EJ. Influence of melatonin on invasive and metastatic properties of MCF-7 human breast cancer cells. Cancer Res. 1998 Oct 1;58(19):4383-90 .  Lissoni P, Rovelli F, Frassineti A, Fumagalli L, Malysheva O, Conti A, Maestroni G. Oncostatic activity of pineal neuroendocrine treatment with the pineal indoles melatonin and 5-methoxytryptamine in untreatable metastatic cancer patients progressing on melatonin alone. Neuroendocrinol Lett. 2000;21(4):319-23

Le saviez vous ? 

Les seuls championnats du monde que l’on voudrait perdre

Les Français sont les champions du monde de…la consommation d’anxiolytiques. Pas vraiment le trophée qu’on rêverait de soulever. Mais heureusement, une petite plante pourrait bien changer la donne : la passiflore. Une étude randomisée a étudié l’effet de la passiflore sur 60 patients avec des antécédents importants d’anxiété. La moitié d’entre eux a reçu un traitement à base de passiflore officinale, l’autre moitié un placebo. Les chercheurs ont ensuite relevé le niveau d’anxiété des patients traités, à deux intervalles : 30 et 90 minutes après le traitement. Ils ont alors constaté que le niveau d’anxiété des patients ayant reçu le traitement à la passiflore était bien inférieur au groupe témoin, et cela sans aucun effet secondaire. Ce qui est loin d’être le cas des antidépresseurs habituellement prescrits (nausées, fatigue, troubles du comportement, etc.). Akhondzadeh S, Naghavi HR, Vazirian M, Shayeganpour A, Rashidi H, Khani M, Passionflower in the treatment of generalized anxiety : a pilot double-blind randomized controlled trial with oxazepam. J Clin Pharm Ther. 2001 Oct;26(5):363-7. DN Mai 2018

Le saviez vous ? 

Encore une bonne raison de se soigner aux huiles essentielles

Des chercheurs brésiliens se sont lancé un défi ambitieux : tester l’efficacité de l’huile essentielle d’origan (Origanum vulgare) sur plusieurs souches d’une bactérie déjà résistante aux antimicrobiens classiques. Attention, leurs conclusions risquent de bouleverser votre façon de vous soigner. La bactérie en question, c’est la fameuse salmonelle (Salmonella enterica), une des causes les plus fréquentes d’infection intestinale chez l’homme. Malgré l’exposition répétée de la bactérie à l’huile essentielle d’origan, cette dernière n’a entraîné de tolérance dans aucune des souches bactériennes testées. Mieux encore : ces bactéries ont même maintenu ou augmenté la sensibilité aux autres agents antimicrobiens testés, et ce de façon très significative. Vous savez ce qu’il vous reste à faire la prochaine fois que vous aurez une infection bactérienne… source : Monte DF, Tavares AG, Albuquerque AR, et al. Tolerance response of multidrug-resistant Salmonella enterica strains to habituation to Origanum vulgare L. essential oil. Front Microbiol. 2014 Dec 19 ; 5 : 721. DM n°6 2018

Le saviez vous ? 

Entretenir son cerveau grâce à l’acupuncture

L’acupuncture peut aider les ainés en cas de déclin mineur des fonctions mentales. De légers problèmes de mémoire ou de raisonnement chez un senior peuvent être les signes avant-coureurs de la démence. Des chercheurs chinois ont analysé les résultats de 5 études, ayant rassemblé 568 personnes, consacrées à l’efficacité de l’acupuncture dans cette situation par rapport à l’utilisation d’un médicament couramment prescrit dans ce cadre, la Nimodipine, qui dilate les petites artères cérébrales pour faciliter la circulation sanguine. L’analyse des scores obtenus lors des tests destinés à évaluer les fonctions mentales des participants a montré que la pratique traditionnelle est plus efficace que la prise de la substance pharmaceutique. Et lorsque les deux approches sont associées, l’effet est synergique : l’acupuncture renforce l’efficacité du médicament. Source : Min Deng, Xu-Feng Wang. Acupuncture for amnestic mild cognitive impairment: a meta-analysis of randomised controlled trials. Acupunct Med doi:10.1136/acupmed-2015-010989. SCE n° 5 NOVEMBRE 2016

Le saviez-vous ?

Des nuits trop courtes : une vie trop courte ?

Chez les moins de 65 ans, le taux de mortalité des personnes qui dorment moins de 5 heures par nuit est plus élevé de 65 % par rapport aux bons dormeurs, qui cumulent 6 à 7 heures de sommeil. Ce résultat a été obtenu en suivant sur une période de 13 ans un échantillon de la population suédoise de plus de 43 880 personnes. Et contrairement à ce qui est généralement admis, la grasse matinée dominicale permettrait de compenser les méfaits de ce manque de sommeil : le taux de mortalité des petits dormeurs en semaine, mais qui se rattrapent le week-end, ne diffère pas de celui des bons dormeurs réguliers*.
*. Sources : Åkerstedt T. et al. Sleep Duration and Mortality. Does weekend sleep matter? J. Sleep Res. 2018 May 22:e12712_ *ABE  Août 2018

Le saviez-vous ?

Conseil pour réduire votre risque de dépression de 33 %

Si vous sentez que le manque de luminosité hivernal commence à vous taper sur le moral, il est temps de changer votre alimentation. Un article paru dans le "Molecular Psychiatry" fait le point sur les liens entre dépression et alimentation. Sur les 41 études, le régime méditerranéen gagne haut la main! Les chercheurs ont ainsi observé que les personnes qui suivaient ce type de régime diminuaient leur risque de dépression de 33 %. Comment estce possible ? Ces bons résultats sont à attribuer à sa richesse en fruits, légumes et noix, plein d’antioxydants et de substances anti-inflammatoires. Mais ce n’est pas tout, l’alimentation agit également sur les neurones et la flore intestinale, lesquels ont un impact important sur l’humeur*.

* Sources :Camille Lassale, G.David Batty et alii, « Healthy dietary indices and risk of depressive outcomes : a systematic review and meta-analysis of observational studies », Molecular Psychiatry, 26.09. 2018. DM 19 Mars 2019

Art-thérapie

 

Cohérence cardiaque

Le saviez vous ?

Somnifères et antidépresseurs augmentent les risques de fractures !

Les psychotropes, les somnifères, les antidépresseurs et les antihypertenseurs sont associés à un risque de fracture plus élevé car ils peuvent entraîner des chutes provoquées par la somnolence, la confusion, une baisse de la pression artérielle, des troubles du rythme cardiaque ou d’un changement dans le fonctionnement normal du système nerveux ou de la musculature.

Yogathérapie

Le saviez vous ?

Attention au stress, il réveille les virus ! 

Les herpès virus sont les rois de la dissimulation : après avoir contaminé une personne, ils se nichent au cœur des cellules, attendant leur heure pour recommencer à se multiplier… Si certains membres de cette famille se contentent d’occasionner des lésions cutanées, l’herpès virus humain type 8 est bien plus agressif : il provoque des cancers. Des chercheurs viennent de montrer qu’un stress cellulaire, en ralentissant la multiplication des cellules, favorise sa réactivation. Une raison supplémentaire d’éviter les stress à son organisme. Source : Balistreri G et al. PLoS Pathog. 2016 Feb 18; 12 (2): e1005424. doi: 10.1371/journal. ppat.1005424. ECollection 2016. Oncogenic Herpesvirus Utilizes Stress-Induced Cell Cycle Checkpoints for Efficient Lytic Replication. Revue SCE 14 Août 2017

Chronobiologie
Sylvothérapie

Le saviez vous ?

L’emploi de téléphones et d’écrans corrélé à une baisse des facultés intellectuelles Trop de temps face aux écrans pourrait conduire à une sous-utilisation de certaines régions du cerveau.

Quel est l’impact de l’usage de supports électroniques (tablettes, téléphones, etc.) sur notre fonctionnement cérébral ? Un groupe de recherche américain et japonais s’intéresse de près à cette question. De premiers travaux publiés en 2017* indiquaient que les adeptes des écrans réussissaient moins bien les tests de compréhension après lecture de textes scientifiques. Cette fois-ci, les chercheurs ont utilisé une technique d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pour enregistrer l’activité cérébrale de 51 étudiants directement en cours de lecture. L’analyse des clichés a montré que l’activité de certaines régions du cerveau, le cortex insulaire gauche et le gyrus frontal inférieur, était plus faible chez ceux qui passaient le plus de temps devant les écrans. Ces deux zones sont impliquées dans la flexibilité de l’attention – c’est‑à‑dire la capacité à alterner son attention d’une tâche à l’autre – et la compréhension du langage. Les supports électroniques semblent ainsi nuire à notre faculté d’appréhender des données complexes et interconnectées, développées dans de longs articles. Sources : *Hsu CT et al. Neurocognitive Signatures of Naturalistic Reading of Scientific Texts: A Fixation-Related fMRI Study. Sci Rep. 2019 Jul 23;9(1):10678 /  ABE 158 Novembre 2019

Le saviez vous ?

Nos cauchemars nous aideraient à mieux réagir face à ce que nous craignons 

Les terrifiants cauchemars qui peuplent parfois nos nuits ont-ils une fonction cachée ? Des chercheurs1 suisses ont rassemblé 89 volontaires et leur ont demandé de consigner chaque matin pendant une semaine la nature de leurs rêves. Chacun a ensuite été placé dans un appareil IRM pour observer les zones du cerveau activées lors de la présentation d’images choquantes ou neutres. Chez les participants qui font souvent des cauchemars, les régions cérébrales impliquées dans la peur ont été moins activées. Ainsi, affronter nos peurs quand nous dormons nous aiderait à mieux y faire face dans la vie réelle. Il convient donc désormais de se souhaiter de « faire de beaux cauchemars » au moment du coucher.1. Virginie Sterpenich, Lampros Perogamvros, Giulio Tononi, Sophie Schwartz « Fear in Dreams and in Wakefulness: Evidence for Day/Night Affective Homeostasis » Human Brain Mapping, 2019

Le saviez vous ?

Anxiété : pourquoi cette méthode est-elle aussi efficace ?

Plusieurs études ont démontré les bienfaits de la méditation en pleine conscience pour soulager l’anxiété et les traumatismes, mais c’est grâce à une étude parue dans le journal Scientific Report qu’on comprend enfin les mécanismes de cette pratique. Des chercheurs ont comparé des personnes qui méditaient chaque matin avec un groupe témoin. Après quatre semaines, les participants ont reçu des chocs électriques pendant qu’ils visionnaient des images, afin de créer des réactions de peur. Le jour suivant, ils étaient soumis aux mêmes images, mais cette-fois sans les chocs électriques. La différence entre les deux groupes est stupéfiante : ceux qui avaient bénéficié de la méditation n’éprouvaient pas la réaction physique de peur incontrôlée, contrairement aux autres qui réagissaient même en l’absence de chocs électriques. La méditation n’a donc pas uniquement un effet bénéfique sur les émotions mais aussi sur les réactions physiques inconscientes du corps…Source: Björkstrand, J., Schiller, D., Li, J. et al. The effect of mindfulness training on extinction retention. Sci Rep 9, 19896 (2019)

Prochainement 23/100
Prochainement 24/100

Nous avons besoin de votre soutien pour atteindre notre objectif : Exposer gratuitement aux personnes en souffrance ( troubles du sommeil ) les moyens naturels de s’en sortir et de revivre. Nous faisons un appel aux dons, à la générosité du cœur, à celles et ceux qui veulent que cela cesse. Vous pouvez nous aider… à aider. Vraiment. C’est simple, et nous vous tiendrons au courant de ce que nous ferons avec votre don. 

​Faire un don en cliquant ici, c'est soutenir nuitcalme.com dans sa démarche philanthropique de proposer en 2023 : 100 solutions alternatives pour soulager les insomnies. 

100 méthodes naturelles malheureusement trop souvent oubliés par les médecins généralistes !  

Merci d’avoir eu la gentillesse de lire ces quelques lignes, et si vous connaissez une personne dans la détresse, peut-être pourriez-vous simplement lui envoyer ce lien ?  Chaleureusement, Guillaume et Fanny  

"

Si vous pensez que cet article pourrait intéresser un ami ou un proche, n’hésitez pas à partager ou à transférer par email. Merci ! 


Guillaume et FannyAdministrateurs

Cliquez ici pour laisser un commentaire

commodo nunc felis pulvinar diam dictum sed neque. tristique elementum ut ut